Panorama de la Défense

Bonjour à tous et à toutes !

La présente page a pour objectif de vous permettre d’avoir une vision d’ensemble de ce que seront les bases et le contexte de l’environnement dans lequel nous nous proposons de vous faire jouer. Les informations qui suivent ne devraient pas avoir un impact majeur sur le travail que nous avons sollicité concernant vos personnages mais vous êtes invité.e.s à les garder à l’esprit quand vous commencerez à concevoir, imaginer, rêver, votre futur alter ego vampirique.

Cette page a également pour but de vous faire entrevoir une tendance, une couleur, une ambiance, au sein de laquelle vos personnages viendront s’inscrire le plus naturellement du monde. Nous attendons de vous que vous vous imprégnez progressivement du cadre afin de vous en rendre maître par la suite tout en respectant ses spécificités.

Ce travail de préparation, qui sera accompagné de divers briefs de cadre plus spécifiquement liés aux règles et à l’univers du MET, doit contribuer à l’élaboration d’un environnement vivant qui doit pouvoir se suffire à lui-même tout en donnant des réponses logiques et cohérentes à ce que devraient ou ne devraient pas faire vos personnages. En effet, l’autonomisation des joueurs, sur le terrain des règles, du fair play, de l’entente, du jeu et de l’immersion dans l’univers est l’un des défis majeurs que nous espérons relever avec votre aide.

N'ayez pas peur, nous sommes tous neufs dans cette aventure, nous allons progresser à petit pas, faire des erreurs, découvrir des choses. La communication, la solidarité et la bienveillance entre nous seront les clés de cette entreprise.

Bon jeu !


DU TERRITOIRE DE LA DÉFENSE

Il y a toujours eu des vampires dans ce qu’on appelle aujourd’hui les Hauts-de-Seine. Qu’ils se soient constitués en sectes ou qu’ils soient restés indépendants et cachés, ils ont contribué à donner aux nuits de la région une couleur particulière.

Jusqu’au 18ème siècle le territoire n’est qu’une juxtaposition de villages et de champs. Il faudra attendre la Restauration et la Monarchie de juillet pour que débute le développement industriel de la zone, qui amènera une augmentation très rapide de la population. Ces centres urbains en développement attirent naturellement de nouveaux prédateurs, à la fois las des difficultés et de la violence de la non-vie au sein de la cour parisienne et enthousiastes quant à la conquête de terres vierges.

Ces vampires s’installent de façon anarchique, luttant pour le contrôle des villes et villages, échangeant des faveurs, fondant des coteries et complotant les uns contre les autres pour s’accaparer toujours plus de ressources dans un monde en croissance exponentielle.

L’arrivée au pouvoir du Toréador François Villon va permettre une structuration rapide de l’ensemble de la région en domaines inféodés. Le plus puissant d’entre-eux jusqu’en 2011 est le domaine d’Ys, contrôlé par le prince Toreador Charles-Marie de Noailles, défenseur des marches de Paris contre le Sabbat et fondateur de la coterie de l’Acanthe.

La Défense s’est développée et a prospéré dans l’ombre de Paris. Malgré un dynamisme sans commune mesure, le quartier des affaires ne semble pas attirer la communauté vampirique. Sa trop grande modernité, ses tours de verre et d’acier et sa croissance rapide semblent en effet agir comme un repoussoir pour les anciens, attachés à une conception plus traditionnelle, voire gothique, de l’architecture. Cette image de vulgarité est renforcée par la présence, avérée depuis les années 60, du clan Giovanni qui profite de toutes les opportunités depuis les grands projets d’urbanisation de 1958. Les villes de Nanterre, Courbevoie, la Garenne-Colombes et Puteaux, sur lesquelles le quartier des affaires se construit, sont alors des zones neutres contrôlées pour partie par ce qui deviendra à la fin des années 2000 l’Alliance Indépendante.

Seuls quelques aventuriers, attirés par l’appât du gain ou par l’atmosphère particulière du lieu, s’y installent. Le plus souvent des membres des clans Ventrue ou Toreador désirant se faire oublier après une cabale ou des membres du clan Malkavien, fascinés par la folie et l’effervescence qui règnent dans les tours de l’esplanade. La population vampirique y est par conséquent éparse et hétéroclite.

A l’aube des années 2000, plusieurs événements internationaux et l’apparition d’une étrange comète provoquent des remous dans la société vampirique, des rumeurs évoquant la fin des temps et la Géhenne circulent. Un groupe de vampires fait alors son apparition à La Défense.

Mené par un ancien charismatique, cette société secrète qui revendique le nom de “Société du Soleil”, professe le départ prochain des “élus” pour un monde meilleur. Une rapide enquête permet de déterminer l’identité de ce leader jusqu’alors inconnu ainsi que sa réelle influence sur la région. Il s’agit d’un ancien du clan Toreador se faisant appeler “le Métaphysicien”. Ancien architecte qui a fréquenté la cour parisienne au 17ème siècle avant et après son étreinte, il a fini par se retirer et s’installer sur le territoire qui deviendra, sous son impulsion, le quartier des affaires de La Défense.

Fasciné par cette œuvre unique jusqu’alors négligée, la cour parisienne sollicite François Villon afin qu’il invite le Métaphysicien à rejoindre la bonne société de la Camarilla. Accédant à cette requête, le prince de Paris décide néanmoins d’envoyer un de ses lieutenants à La Défense afin de protéger l’endroit contre les attaques du Sabbat en l’absence de son fondateur et protecteur. L’ancien du clan Tremere, Barnabeus La Chapelle devient sénéchal de La Défense, poste qu’il occupera de 2000 à 2005 avant d’être rappelé à la cour avec les honneurs pour s’être acquitté de sa tâche avec rigueur. Le territoire de La Défense passe alors sous l’autorité de Charles-Marie de Noailles, ancien du clan Toreador et prince d’Ys.

En 2011, la cité d’Ys tombe suite à un enchaînement malheureux de mauvaises décisions politiques et de trahisons. Les rumeurs parlent de profanations Sabbatiques, voir de corruption Infernaliste avérée sur le territoire. Si la Camarilla reprend rapidement les choses en main, les stigmates laissées sur le domaine force le prince de Paris à fermer la cité et à interdire aux semblables d’y mettre les pieds, sous peine d’être reconnu hérétique. Sous l’impulsion du clan Ventrue, qui fait valoir l’importance stratégique du quartier des affaires, La Défense devient, en lieu et place d’Issy-les-Moulineaux, le nouveaux centre de gravité des Hauts-de-Seine et un domaine à part entière à la tête duquel un nouveau prince prend place.

La cité redevient alors un El Dorado pour les ambitieux avides de richesse et de prestige et une nouvelle cour se met en place.

ENTRE LES TOURS DE VERRE ET D’ACIER

Le domaine de la Défense se divise en cinq zones distinctes. Les quatres communes sur lesquelles s’étend le quartier des affaires d’une part, et le quartier des affaires lui-même d’autre part. Puteaux, Nanterre, Courbevoie et la Garenne-Colombes sont des villes à forte densité de population et qui proposent chacune une identité propre. De villes industrielles au début du 20ème siècle, elles sont devenues des villes résidentielles accueillant l’ensemble du spectre social, des individus les plus pauvres, dans les cités dortoirs, aux plus riches, dans les bâtiments haussmanniens et les résidences de grand standing.

L’esplanade de La Défense constitue un îlot étrange, connecté à Paris par le pont de Neuilly, et dont la physionomie particulière, toute en verticalité, s’élève vers le ciel. Le grouillement des travailleurs y est permanent et les lumières des gratte-ciels demeurent jusque tard dans la nuit. Dans les voiries et les sous-sols, des hordes de mendiants s’affairent pour subvenir à leurs besoins. A La Défense, si le concept d’ascension sociale ne semble pas avoir de sens dans la société humaine, celui de pyramide sociale est en revanche bien réel.

L’ensemble des institutions du quartier des affaires, qu’il s’agisse des administrations, des conciergeries, des commerces ou des lieux culturels sont infiltrés par les vampires qui, comme toujours, luttent pour les ressources locales et pour s’accaparer plus de pouvoir. Malgré le fait que nombre d’entre-eux résident sur les communes avoisinantes du domaine, c’est clairement l’esplanade qui est source de prestige et de puissance. Les réunions d’importance s’y tiennent et les décisions s’y prennent. Plus un vampire est loin des tours et moins il est considéré, une fois sur l’esplanade le jeu recommence mais verticalement, plus on est bas…

Le prince jouit d’une autorité sans partage sur les bâtiments les plus prestigieux de l’esplanade et peut à loisir en autoriser l’accès comme terrain de chasse à des semblables méritants. Il est le garant des valeurs et des traditions de la Camarilla et s’assure que les très rares anarchs qui s’aventurent sur ses terres depuis le département de la Seine Saint-Denis se tiennent tranquilles. Il a également pour tâche de signaler toute activité ennemie dans la région, La Défense étant l’une des vigies d’Île-de-France dans la surveillance des activités du Sabbat.

DE L’INFLUENCE DU MÉTAPHYSICIEN

Même s’il ne réside plus sur le domaine et que son retour semble improbable, il est indéniable que le Métaphysicien est le semblable qui a eu la plus grande influence sur le domaine de La Défense et sur le quartier des affaires en particulier. Ceux qui l’ont côtoyé et qui ont eu le loisir de mener leurs affaires alors qu’il exerçait encore son pouvoir portent encore la marque de sa présence dans leur manière de concevoir leur condition vampirique, de concevoir la Camarilla, les humains ou le monde en général. Tous, à quelques très rares exceptions près, se sont un jour positionnés pour ou contre le Métaphysicien et la Société du Soleil.

On ne trouve d’ailleurs presque plus trace de cette organisation secrète après le passage de Barnabeus La Chapelle sur la cité. Si certains en font encore partie ils ne le déclarent pas publiquement. Cette société d’initiés est considérée comme un reliquat de la période du Métaphysicien, une originalité du fondateur, et on en parle avec un certain amusement. En revanche pour les plus fanatiques, qui tentent d’entretenir la flamme de cette époque, il existe une conduite spirituelle à tenir pour le salut de l’âme.

Si l’influence de la Société du Soleil est de nos jours plus fluctuante parmi les vampires, qui tendent à s’approprier les préceptes du maître dans leur propre intérêt et dans le sens de leurs propres projets, elle reste très forte dans la société humaine de La Défense qui est restée profondément marquée par des principes qui se sont appliqués pendant presque un demi-siècle.

Hérités des utopies du 16ème siècle, les fondements de la Société du Soleil trouvent leur source dans la religion et un certain rapport à l’organisation de la société. Toutes ces utopies ayant une dimension égalitaire, des rumeurs prétendent que le Métaphysicien a fait un jour partie du mouvement Anarch. Quoiqu’il en soit l’objectif reste toujours l’établissement d’une société parfaite et équilibrée en tout point. On retrouve des signes des actions entreprises alors par la Société du Soleil pour atteindre ce but.

La prédominance notamment des sociétés matrimoniales et du planning familial sur le territoire ainsi que la catégorisation précise des lieux de rencontre sur l’esplanade et la gestion des maternités témoignent de cet intérêt pour les notions de filiation et d’héritage. Ce souci de la perfection, perceptible chez les humains comme chez de nombreux vampires de la cité, confine parfois à l’obsession.

On retrouve cette préoccupation à travers le rôle des harpies qui, en plus de leur rôle de garantes de l’étiquette, occupent un rôle d’entre-metteuses, entre vampires et entre serviteurs. Elles sont respectées à ce titre et leurs décisions sont rarement remises en cause sous peine de conséquences sociales dommageables.

Les serviteurs ont aussi une importance particulière. Bien que considérés comme des biens meubles, il arrive souvent que leur valeur dépasse la non-vie d’un vampire. Ainsi attenter à l’intégrité d’un serviteur est considéré comme un crime très grave. Ils sont parfois échangés à prix d’or et constituent un véritable marché au sein duquel les convoitises et les jalousies dépassent souvent en intensité les luttes politiques à l’échelle de la cité.

LES RUMEURS DE LA DÉFENSE

De nombreuses rumeurs circulent dans les Elysei de La Défense, des superstitions, des bruits de couloir, des on-dits. Certaines d’entre-elles entretiennent les discussions pendant les réunions et divertissent les semblables au cours de leurs échanges mondains, d’autres s’échangent en chuchotant de peur que les harpies n’entendent et ne sanctionnent l’évocation de sujets inconvenants. Bien qu’anecdotiques le plus souvent, elles alimentent les discussions et continuent de se transformer ou de s’étoffer au fur et à mesure qu’elles se transmettent si bien qu’il devient presque impossible de déterminer avec certitude lesquelles recèlent encore un fond de vérité.

Le Métaphysicien fait d’ailleurs l’objet de nombreuses suppositions. Son apparition soudaine à la fin des années 90, pendant les troubles qui ont secoués le monde vampirique, a fait craindre une infiltration d’hérétiques aux portes de Paris. La nature particulière de sa position a fait penser un temps qu’il faisait partie, ou avait fait partie, du mouvement Anarch. Cette appartenance, bien que non-confirmée, peut avoir eu un lien avec son départ pour la cour de François Villon. Même si officiellement son invitation par le Prince de Paris a trait à son action en tant que fondateur de La Défense, certains pensent qu’il a trahi ou aurait été trahi par ses propres adeptes, ou encore par les Giovanni résidant sur le territoire et avec lesquelles il semblait entretenir des liens, suite à quoi il aurait été mis en torpeur ou détruit dès son arrivée à la cour de Paris. Des bruits courent sur la filiation même du Métaphysicien et d’aucuns prétendent qu’il descendrait de François Villon. C’est cette ascendance qu’il lui aurait valu l’honneur d’être appelé à la capitale malgré la bizarrerie de ses activités.

Sur La Défense également les rumeurs sont nombreuses. Ainsi il arrive qu’on parle encore de la Société du Soleil, cette étrange société secrète dont les ramifications ont infiltré l’ensemble de la cité pendant de nombreuses années. Existe-t-elle encore ? A t-elle toujours des adeptes ? Certains prétendent que oui, d’autres que la plupart de ses membres, vampires comme humains, ont quitté la cité à l’arrivée de Barnabeus La Chapelle. En effet, bien que ce dernier ait été appelé à l’époque pour tenir le territoire en l’absence du Métaphysicien et protéger La Défense des incursions Sabbats, on prétend que sa mission principale était en fait d’éradiquer “l’hérésie du Soleil”. On lui impute également la responsabilité du départ des membres du clan Giovanni qui de fait ont étrangement disparu entre 2000 et 2005. Une Société des Ombres est parfois évoquée, qui aurait été soit un pendant de son équivalent de lumière, soit un mouvement secret au sein des instances les plus secrètes de La Défense, soit une simple diversion.

Les bâtiments et l’esplanade n’échappent pas aux histoires fantasques, qu’il s’agisse d’explosifs cachés dans les fondations et les catacombes par les adeptes du Soleil, la Grande Arche qui serait un portail mystique vers un autre monde né d’une collaboration déviante entre un Giovanni et un Malkavien, le cimetière de Puteaux d’où émanerait une aura mystique — ce qui expliquerait la présence des Nécromants depuis les années 60 — ou encore le pont de Neuilly sur lequel il ne ferait pas bon s’attarder.

Enfin sur le terrain du surnaturel, on raconte que certains serviteurs du Métaphysicien rôdent encore à La Défense, obéissant toujours aux plans de leur maître absent.